in , , ,

Mme Amy MBACKÉ DIAW , L’exemple de la femme battante, entre tradition et modernité 

Conformément au message d’universalité de son Vénéré Guide et grand, Cheikh Ahmadou Bamba, qui a toujours prôné la recherche du savoir utile et le culte du travail libérateur, la jeune Amy MBACKÉ est bien un exemple qu’il est bon de citer.Après ses cycles élémentaire et moyen avec à la clé le BFEM, elle choisit de faire la Série G (les Techniques Quantitatives de Gestion et d’Économie) au Lycée Technique de Commerce Maurice DELAFOSSE, pour acquérir un savoir-faire, sur conseil de son oncle et ‘jëwriñ’ Cheikh Ahmadou Kara MBACKÉ Nòoreyni. Respectueuse des traditions familiales, ses études au lycée seront interrompues sur demande de son père qui tenait à ce qu’elle se marie à cette époque. Elle se plia à la volonté de son père et rejoignit Touba, sa ville natale, alors qu’elle était en classe de Terminale, au mois de mai 2000 précisément, pour une vie conjugale qui n’aura duré que trois bonnes années. Cette épreuve passée, elle pensa tout de suite reprendre ses humanités. Grâce à son attachement au travail, sa ténacité, sa bravoure et son abnégation, elle refait la Terminale G en candidature libre en décembre 2003, après donc 3 ans d’interruption et elle obtient le Baccalauréat G la même année. Ce fut alors le début d’un autre commencement, de sacrifices certes, mais de joie et de bonheur (sûrement parce qu’elle avait adhéré au vœu de son père). Pour la petite histoire, Sokhna Amy a dû, pour arriver à payer ses propres études de comptabilité au niveau supérieur, vendre des objets précieux (bijoux en or, autres objets, etc.)
lui appartenant. Par la grâce de DIEU, elle réussit au Brevet de Technicien Supérieur (BTS) Comptabilité et obtient avec l’aide de son oncle, l’Honorable Député M. Moustapha Cissé LO, un emploi à l’Hôpital ‘Matlabul Fawzeyni’ de Touba, comme agent de facturation. Le salaire qu’elle percevait, elle s’arrangeait pour se rendre tous les weekends à Dakar et suivre une formation en Management des Entreprises à l’IPD ‘Thomas SANKARA’ d’où elle sortit avec la Licence, puis le Master II en Gestion des Ressources Humaines (elle rappelle que la dernière année de cette formation en 2010 avait été prise en charge et totalement par l’actuel Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky SALL, alors dans l’opposition et qu’elle soutenait sur le plan politique ; soutien qui lui avait même valu d’être limogée de son poste de chef de division de l’Économat à l’Hôpital ‘Matlabul Fawzeyni’ de Touba.
Sans désarmer et sans désemparer, elle reprit les études et obtient le MBA en GRH au CESAG en 2016.
Aujourd’hui, elle est la Responsable des Ressources Humaines de l’Agence de l’Informatique de l’État du Sénégal, Conseillère et Présidente de la Commission Environnementale du Conseil départemental de Mbacké et Présidente du Réseau des Femmes du Baol pour le Développement (RFBD). Son prochain challenge est l’obtention du MBIP Paris Dauphine qu’elle prépare activement et son combat de tous les jours, selon ses propres propos, est de « rendre autonome les femmes en les amenant à s’autogérer et, aussi, lutter contre l’analphabétisme qui les tenaille en milieu rural ».

What do you think?

Written by La rédaction

Religion : Ndiassane, lieu de convergence des fidèles pour la célébration de son Gamou annuel

Beach Soccer : Le Sénégal champion d’Afrique 2016