Accueil A la une Séminaire de RSF à Kaolack pour la protection et le renforcement...

Séminaire de RSF à Kaolack pour la protection et le renforcement des capacités de journalistes de la zone centre, le mot de la CJRS

46
blank

Le Sénégal a encore rendez-vous avec l’histoire. Les citoyens sénégalais doivent élir le 25 février 2024  un cinquième président de la République. Encore une fois, la presse aura un rôle crucial à jouer dans ces moments importants de la vie de la démocratie. Un rôle, que les professionnels de médias doivent jouer avec professionnalisme et intelligence durant tout le processus, tout en mettant en bandoulière le respect scrupuleux des règles et principes qui régissent le journalisme. C’est tout le sens de cette session animée par d’éminents experts en la matière.

Membre du comité directeur de la convention des jeunes reporters du Sénégal, Ndéye Diéry Diagne, au nom de la CJRS, s’est adressé à l’assistance tout en saluant l’intiative de Reporters sans frontières avant d’atirer l’anttention des journalistes de la zones centre leur role durant tout le processus électoral.

Voici l’intégralité de son message :

Monsieur Sadibou Marrone de Reporters Sans Frontière,
Messieurs le doyen Bakhoum et les formateurs.

Chers confrères, chères consœurs venus de la zone centre précisément de Kaolack, Kaffrine Fatick et Diourbel

Permettez-moi tout d’abord de vous présenter les excuses du président Migui Marame NDIAYE empêché. Mais ce rendez-vous est inratable, raison de notre venu Boubacar et moi en tant que membre du bureau et du comité directeur.

Je voudrai remercier notre partenaire, RSF qui a permis la tenue de cette session haut combien importante au profit des reporters de la zone centre.

Mesdames et messieurs,

Nous sommes réunis ici pour parler encore de la protection et de la sécurité des reporters en période électorale.

Le 24 février 2024, notre pays a encore rendez-vous avec l’histoire. Les citoyens sénégalais vont une nouvelle fois aller aux urnes pour choisir un 5e président de la République.

Encore une fois, la presse aura un rôle crucial à jouer dans ces moments importants de la vie de la démocratie. Ce rôle, nous devons le jouer avec professionnalisme et intelligence durant tout le processus, tout en mettant en bandoulière le respect scrupuleux des règles et principes qui régissent notre noble profession.

C’est tout le sens de cette session qui sera animée par d’éminents experts en la matière.

Mesdames et messieurs,

La protection et la sécurité des reporters nous tient à cœur en tout temps et en tout lieu pour plusieurs raisons.

D’abord comme vous le savez,, 90 a 95% des reporters qui vont sur le terrain sont soit membres de la Convention des Jeunes reporters soit ils font partie de la cible de notre organisation. Ce sont les jeunes reporters et les correspondants.

Ensuite, cela tient de l’historique même de notre association qui est née dans un contexte marqué par l’emprisonnement d’un journaliste, en l’occurrence Madiambal Diagne ; c’était en 2004.

À l’époque déjà, ce sont des jeunes qui ont été les fers de lance de la bataille qui avait mené à la libération de notre confrère. Je peux en citer Daouda Mine, Aïssatou Mbéne Kane, Pape Ale Niang, Habiboulah Fall, Ibrahima Lissa Faye, Mame Lika Sidibe, entre autres. À la libération de notre confrère, nos braves et courageux aînés ont jugé nécessaire de conserver la dynamique, de continuer la lutte. Mais autrement. En mettant l’accent sur la formation. Car nous sommes convaincus, au niveau de la CJRS, que le premier maillon de protection du journaliste c’est lui-même.

Plus on est professionnel, à cheval sur les principes qui gouvernent notre noble métier, moins on est certes des vedettes, mais plus on est à l’abri de certaines sources d’insécurité. Même si le risque zéro n’existe nulle part.

Chers confrères, chers consœurs,

En temps de campagne électorale, les tensions montent. Les passions se cristallisent dans l’espace public et une attention particulière est accordée au travail des médias et des reporters. Tachons de rester ce que nous sommes, des journalistes, rien que des journalistes, c’est-à-dire à équidistance des différentes chapelles, au service exclusif de la vérité et de l’intérêt général. Non seulement nous pourrons nous défendre nous-mêmes avec fierté, mais nous facilitons aussi le travail à des organisations comme RSF.

Vous me permettrez Mesdames et messieurs, de remercier vivement notre partenaire Reporter Sans frontières, en particulier Monsieur Sadibou Marone qui n’a ménagé aucun effort pour la tenue de cette rencontre.

Vous n’êtes pas sans savoir que cette même initiative s’est tenue à Saint Louis et à Dakar toujours au profit des journalistes reporters..

Tout en vous souhaitant un bon séjour ici à Kaolack je vous invite à suivre avec attention les présentations qui seront assurées par cette équipe d’experts et de formateurs dont l’expérience et la réputation forcent le respect.
Merci pour votre écoute attentive.