Accueil A la une Crise politique au Sénégal : la plateforme Aar Sunu élection refuse de...

Crise politique au Sénégal : la plateforme Aar Sunu élection refuse de participer au dialogue national

1
blank

La plateforme Aar Sunu élection, regroupement d’organisations de la société civile, a annoncé vendredi à Dakar son refus de participer au dialogue national convoqué par le président Macky Sall, une décision également rejetée par saisir des dix-neuf candidats retenus pour l’élection. présidentielle. Cette initiative présidentielle visait à résoudre la crise politique née de l’interruption du processus électoral à la veille de la campagne électorale prévue le 25 février.

« Aar Sunu élection informe l’opinion nationale et internationale qu’elle ne participera pas à un simulacre de dialogue qui relèverait de la compromission, sèmerait les germes de la division et ne pourrait aboutir à aucun consensus au vu des intérêts divergents des parties invitées » , a déclaré Thiaba Camara Sy, porte-parole de la plateforme.

Cette décision fait suite à l’appel du chef de l’État à des concertations avec les forces vives de la nation pour déterminer une nouvelle date pour l’élection présidentielle et surmonter la crise politico-institutionnelle actuelle. Aar Sunu élection estime que la posture du président risque de plonger le Sénégal dans le chaos en créant des conditions d’instabilité institutionnelle, économique et sociale.

La plateforme appelle donc le Conseil constitutionnel à fixer une nouvelle date pour l’élection présidentielle et invite les électeurs à se rendre à leur bureau de vote habituel le 25 février en guise de protestation contre le rapport du scrutin. Elle envisage également d’appeler à une journée villes mortes sur tout le territoire mardi prochain.

La crise politique au Sénégal découle du rapport de l’élection présidentielle, qui devait désigner le successeur du président Macky Sall, au pouvoir depuis 2012 et qui a décidé de ne pas briguer un nouveau mandat. Saisir des dix-neuf candidats retenus par le Conseil constitutionnel ont également rejeté l’invitation au dialogue national, soulignant l’impossibilité de concilier leurs intérêts avec ceux des autres participants.